Huile de Haarlem

L'huile de Haarlem ou medicamentum gratia probatum est un produit de la réaction du soufre avec de la térébenthine de pin et de l'huile de lin.



Catégories :

Herboristerie - Phytothérapie - Histoire de la médecine - Haarlem

L'huile de Haarlem ou medicamentum gratia probatum (en néerlandais : Haarlemmerolie) est un produit de la réaction du soufre avec de la térébenthine de pin et de l'huile de lin. L'huile de Haarlem est obtenue aussi de la réaction du soufre avec un extraction de l'anis vert. La substance active est l'anetholtrithione, constituée de la sulfurisation de l'anéthol.

L'huile de Haarlem est membre du patrimoine historique des Pays-Bas.

Histoire

Créée en 1696 par le maitre d'école néerlandais Clæs Tilly à Haarlem [1], peut-être selon un processus de fabrication de Herman Bœrhaave, sa notoriété fut rapidement étendue dans toute l'Europe.

L'huile était présentée comme une panacée pour toutes sortes de maux. L'huile était particulièrement prisée par les marins néerlandais, qui ont fait à travers le monde la renommée de l'huile de Haarlem en même temps que de la ville de Haarlem.

L'huile a donné naissance à une expression courante aux Pays-Bas : on dit d'une proposition ou d'une chose qui ne apporte pas la solution recherchée : ce n'est pas de la Haarlemmerolie.

De par son succès commercial, l'huile de Haarlem a connu énormément d'imitations. On allait jusqu'à copier les bouteilles et les étiquettes. L'histoire fait mention d'un producent utilisant le nom Waas Tilly, imitant Clæs Tilly. C'est pourquoi au XVIIIe siècle les héritiers de Tilly ont introduit le nom d'Oprechte Haarlemmerolie (Véritable huile de Haarlem) et pourvu les étiquettes d'une signature secrète.

L'huile est toujours fabriqué en quantités modestes à Haarlem par C. de Koning Tilly Oprechte Haarlemmerolie-fabriek[2].

Aux Pays-Bas et ailleurs, elle est aujourd'hui vendue comme un produit d'appoint, principalement pour animaux, surtout des chevaux. [3]

Un producteur français met sur le marché depuis 1924 un produit sous le nom de Véritable huile de Haarlem licence Thomas. Ici encore, il pourrait s'agir d'une imitation[4].

Anetholtrithione

On a identifié comme substance active de l'huile de Haarlem le composant anetholtritione. Anetholtrithione montre quelques effets cholinergetiques, et perfectionne entre autres la sécrétion salivaire. Pour cette raison il est en particulier utilisé contre la gueule de bois. L'insuffisance de salivation (Xérostomie) est un effet secondaire largement de médicaments psychiatriques et des tranquillisants, et peut être la suite d'une opération à la gorge. À son tour l'insuffisance de salivation peut causer un caries accéléré. Ainsi, on a rapporté quelques dizaines de recherches sur anetholtrithione et son effet salivant dans l'Index Medicus et l'Index Dental Literature. Sur le Web, on trouve plusieurs recherches en cours sur les applications envisageables de l'anetholtrithione dans la Chine et le Japon, pays producteurs de l'anis étoilé, riche en anéthole, le précurseur chimique d'anetholtrithione.

Enregistrement

L'huile de Haarlem n'est pas inscrite comme médicament. L'huile de Haarlem véritable licence Thomas se trouve depuis le 18 février 1992 à l'état préliminaire dans le registre BIAM [5].

L'Anetholtrithione est enregistré comme médicament dans plusieurs pays. [6]

L'Anetholtrithione ne se trouve pas dans le Registry of Toxic Effects of Chemical Substances RTECS, Registre des Effets Toxiques de Substances Chimiques) des États-Unis.

L'Anetholtrithione est classé dans un guide français de médicaments sous le nom de Sulfarlem (R) comme d'efficacité certaine contre la xérostomie (état de sècheresse de la bouche) et dénué de toxicité. Il peut être vendu en France sans prescription médicale[7].

Ainsi l'huile de Haarlem a donné naissance à un vrai médicament de l'époque moderne, même si l'anetholtrithione n'est pas de la Haarlemmerolie.

Divers

À Haarlem, une chorale se nomme Haarlemmer Olie.

Les bâtiments de l'ancienne usine Clæs Tilly sont transformés en Appartements Haarlemmerolie.

Dans le Journal des frères Edmond et Jules de Goncourt, 5 décembre 1893 :

«Cette Huile de Harlem, ordonnée par un médecin de ce temps, est un médicament qui semble avoir été découvert par un hermétique moyenâgeux […] après en avoir pris quelques gouttes, il vous remonte de l'estomac des fumées qui ont l'odeur de l'asphalte en fusion pour la réparation des trottoirs.»
    — frères Goncourt, Journal du 5 décembre 1893

Notes et références

  1. Het wapen van Tilly : kragt en werking van het medicamentum gratia probatum ; Haarlem 1820. (OCLC 66738339)
  2. (nl) Présentation de l'histoire de l'huile sur le site municipal de Haarlem
  3. Haarlemmerolie sur le site Mokumtv
  4. Site fabricant français véritable huile de Haarlem
  5. Site BIAM, huile de Haarlem
  6. site BIAM, anetholtrithione
  7. H. Pradal, Nouveau guide des médicaments, Éd. du Seuil, A34 (1980), pp. 221-222

Recherche sur Google Images :



"HUILE DE HAARLEM à l'Huile de"

L'image ci-contre est extraite du site biocenter.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (550 x 304 - 41 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_de_Haarlem.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu