Figue

La figue est le fruit du figuier commun un arbre de la famille des moracées, emblème du bassin méditerranéen où il est cultivé depuis des millénaires.



Catégories :

Fruit alimentaire

Recherche sur Google Images :


Source image : quaidelices.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Faux-fruit comestible du figuier, issu de l'inflorescence contenant des akènes qui sont les fruits proprement-dits, contenus dans une pulpe... (source : fr.wiktionary)

La figue est le fruit du figuier commun (Ficus carica) un arbre de la famille des moracées, emblème du bassin méditerranéen où il est cultivé depuis des millénaires. Son nom français est emprunté à l'occitan figa.

Figue vue en coupe
Figue
Figuier

Caractéristiques botaniques

Les fleurs et fruits du figuier sont d'un type particulièrement spécifique. La figue est un faux-fruit. Avant d'être un fruit, la figue est une inflorescence en forme d'urne nommée sycone, sorte de petit sac charnu qui enferme une inflorescence constituée de centaines de minuscules fleurs unisexués qui en tapissent l'intérieur. Ces fleurs complètement emprisonnées ne peuvent être fécondées sans intervention extérieure

Le sycone posséde une petite ouverture, l'ostiole près de laquelle on trouve des fleurs mâles, mais il n'y a jamais de pollinisation autogame car la maturité des unes et des autres n'est pas synchrone (dichogamie). En réalité, ces fleurs sont pollinisées par des hyménoptères spécifiques du genre Blastophaga, une guêpe liliputienne (Blastophaga psenes dans le cas du figuier sauvage européen), complètement dépendants des figuiers (mâles et femelles vivent au sein des figues) et qui pondent uniquement dans certains types de fleurs femelles.

Les figuiers dits «mâles», ou figuier de bouc, portent en hiver des figues vertes à l'apparence desséchée. Ce sont ces dernières qui abritent les œufs de blastophages qui donnent naissance, vers la mi-mai à une première génération d'insectes. Les blastophages femelles s'envolent par l'ostiole, tandis que les mâles épuisés meurent dans la figue. En sortant, les femelles se frottent au bouquet de fleurs mâles disposé auprès de l'orifice de sortie ce qui permet aux grains de pollen de se déposer sur le dos de l'insecte et ainsi d'être transportés jusqu'au figuier femelle. L'équilibre indispensable au figuier ainsi qu'à l'insecte est ainsi assuré.

Il existe dans la nature trois types de figues qui sont visitées par les blastophages :

  • Les figues à fleurs femelles brevi-stylées du figuier de bouc dans lesquelles les femelles blastophages peuvent pondre et qui donneront des galles à la place des figues, au printemps (mamme) ou en été (profichi).
  • Les figues à fleurs femelles longi-stylées du figuier domestique qui ne permettent pas aux blastophages femelles de pondre mais qui, visitées par ces dernières et par conséquent pollinisées, donneront des figues comestibles produisant des graines.

La fécondation des fleurs des figuiers femellles donnera au mois d'août et septembre les figues fruits qui peuvent être dégustées. En réalité, les vrais fruits sont les innombrables petits grains qui parsèment la chair de la figue, ce que les botanistes nomment les akènes.

Variétés

Variété «Goutte d'or»
  • Blanche d'Argenteuil (synonymes Blanche, Blanche de Versailles)  : supporte bien les climats froids. Fruit moyen et précoce. Peau brillante de couleur jaune orangé à verte se détachant aisément, figue allongée aplatie vers l'œil et tenant bien à l'arbre. Chair blanche, juteuse, particulièrement sucrée, parfumée et recherchée pour sa saveur.
  • Brunswick, figue précoce, arbre à faible développement pouvant être cultivé en pot.
  • Dalmatie, figue à chair rouge vif, et elle est particulièrement appréciée en accompagnement de charcuterie, mais il ne faut pas l'utiliser en cuisson.
  • Goutte d'or, figue précoce, grosse figue jaune dorée, chair rose, arbre de faible développement
  • Grise de Saint-Jean ou Cotignane ou Grisette ou Coucourelle grise ou Célestine ou Cordelière, est une bifère, et donne de généreuses récoltes en été comme en automne. Cette figue est parfois utilisée de toutes manières ; elle est particulièrement bonne séchée.
  • Madeleine des deux saisons ou Angélique, figue précoce, est parfaite à consommer fraîche ou en confiture, mais pas pour les plats cuisinés.
  • Marseillaise, unifère, petite figue à la peau jaune-vert ayant une chair rose particulièrement sucrée de bonne qualité gustative fréquemment utilisé comme figue séchée. Arbre de faible développement, rustique.
  • Sultane ou Bellone ou Noire de juillet, est une grosse figue, abondante en automne, intéressante pour toutes préparations, y compris en fruit sec.
  • Bourjassote noire, localement dénommée violette de Solliès.

Collections

Il existe à Vaison-la-Romaine dans le Vaucluse une collection nationale de près de trois cents figuiers de toutes variétés.

Une telle collection existe aussi au sein de l'île de Porquerolles, commune de Hyères dans le Var.

Histoire

La figue est à l'heure actuelle le plus ancien fruit domestiqué, après la découverte en 2006, dans la vallée du Jourdain en Israël de neuf figues parthénocarpiques, c'est-à-dire ne produisant pas de graines et dont l'intervention de l'homme était indispensable à sa culture en recourant à des boutures. Ces figues seraient vieilles de 11 400 ans. [1]

Vers -100 avant JC, Pline l'Ancien évoquait déjà la culture de vingt-neuf variétés de figues différentes.

En France, Louis XIV était un grand amateur de figues. La Quintinie, son jardinier, planta par conséquent plus de sept cents figuiers de diverses variétés dans le potager du roi au Château de Versailles pour satisfaire la passion du Roi Soleil.

Production

«Grappe» de figues

Pour la production, seules les variétés femelles sont cultivées, car elles peuvent être bifères ou unifères.

  • Les bifères donnent deux récoltes par an, en juillet sur les rameaux de l'année précédente, et en autome, sur ceux de l'année en cours.
  • Les unifères fructifient une seule fois en fin d'été.

Peu compliqué et peu strict, le figuier sait se débrouiller tout seul et peut produire particulièrement longtemps. La taille est facultative.

Arbre méditerranéen, les figuiers n'aiment pas l'ombre, ils requièrent un emplacement chaud et ensoleillé indispensable au mûrissement des figues. Il résiste bien à la chaleur. Sous des climats plus froids, seules des variétés précoces peuvent être acclimatées.

En production professionnelle, le figuier gagne à être palissé à la diable contre un mur exposé plein sud.

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)

Turquie 280 000 26 % 280 000 26 %
Égypte 190 000 18 % 190 000 18 %
Maroc 180 000 17 % 185 000 17 %
Iran 77 000 7 % 75 000 7 %
Grèce 67 000 6 % 67 000 6 %
Espagne 61 259 6 % 61 000 6 %
Algérie 60 000 6 % 60 000 6 %
États-Unis 42 180 4 % 45 000 4 %
Syrie 43 400 4 % 43 400 4 %
Brésil 24 000 2 % 24 000 2 %
Autres pays 141 227 13 % 141 845 13 %
Total 1 066 066 100 % 1 067 245 100 %

pour l'alimentation
Figue sèche dite "Gharbouze"- Tunisie

Figue fraîche, figue sèche, en ingrédient de plat cuisiné, en ingrédient de pâtisserie, en confiture.

Elle était recommandée aux athlètes pour sa valeur énergétique. " Nourriture des athlètes par excellence " dit Platon. Ce dernier raffolait des figues à tel point qu'on lui donnât le nom de philosicos, c'est-à-dire "amateur de figues"[2].

pour la santé

Figue crue
(valeur nutritive pour 100g)

Eau : 79, 11 g Cendres totales : 0, 66 g Fibres : 2, 9 g Valeur énergétique : 74 kcal
Protéines : 0, 75 g Lipides : 0, 30 g Glucides : 19, 18 g Sucres simples : 16, 26 g
Oligo-éléments
Calcium : 35 mg Fer : 0, 37 mg Magnésium : 17 mg Phosphore : 14 mg
Potassium : 232 mg Cuivre : 0, 070 mg Sodium : 1 mg Zinc : 0, 15 mg
Vitamines
Vitamine C : 2, 0 mg Vitamine B1 : 0, 060 mg Vitamine B2 : 0, 050 mg Vitamine B3 : 0, 400 mg
Vitamine B5 : 0, 300 mg Vitamine B6 : 0, 113 mg Vitamine B9 : 0 µg Vitamine B12 : 0, 00 µg
Vitamine A : 142 UI Rétinol : 0 µg Vitamine E : 0, 11 µg Vitamine K : 4, 7 µg
Acides gras
Saturés : 0, 060 g Mono-insaturés : 0, 066 g Poly-insaturés : 0, 144 g Cholestérol : 0 mg

Riche en vitamine B3 et en fibres, la figue facilite le transit intestinal. Elle est aussi riche en calcium, en fer alimentaire et en potassium. En fruit sec, elle est particulièrement énergétique (250 kcal/100 g), c'est pourquoi elle fait partie des en-cas des sportifs et des randonneurs.

En médecine chinoise, la figue est utilisée pour éliminer les toxines et traiter les furoncles. En herboristerie, elle est utilisée en préparation pour soigner les rhumes et dégager les voies respiratoires.

Linguistique

La figue est aussi l'objet de nombreux jeux de mots et lapsus entre Français et Italiens : en effet, en italien, les mots fica et figa désignent vulgairement le sexe féminin, tandis que le figuier et son fruit sont appelés fico, masculin pour l'arbre, féminin pour le fruit.

En latin, le foie (jecur) d'oie engraissé aux figues se nommait ficatum, ce nom est à l'origine du mot foie en français, fegato en italien, higado en espagnol.

Notes et références

  1. Sciences et Avenir, p. 21, n°713 juillet 2006
  2. Source : "Des fruits. " - Jean-Marie Pelt - Editions Fayard (1994) - (ISBN 978221359964)

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Figue.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu