Bouleau

Les bouleaux font partie de la famille des bétulacées. La majorité des espèces sont des arbres ; quelques-unes, comme Betula nana, sont des chaméphytes.



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Arbre - Betulaceae - Essence forestière - Plante utile - Plante médicinale - Phytothérapie

Recherche sur Google Images :


Source image : la-pepiniere-thuir.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • les feuilles de bouleau contiennent des flavonoïdes, surtout l'hyperoside, aux propriétés diurétiques et dépuratives.... (source : pleine-sante)

Les bouleaux font partie de la famille des bétulacées. La majorité des espèces sont des arbres ; quelques-unes, comme Betula nana, sont des chaméphytes.

Les bouleaux poussent généralement sur les terres pauvres et fréquemment siliceuses, jusqu'à 2000 m d'altitude, mais aussi dans les régions arctiques. Les bouleaux sont des plantes pionnières qui forment fréquemment la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Ils apprécient les sols plutôt acides et humides. Les bouleaux forment des futaies nommées boulaies ou boulinières.

Il existe quatre espèces de bouleaux en Europe, dont deux arbres beaucoup répandus : Betula pendula, le bouleau verruqueux, et Betula pubescens, le bouleau pubescent, et deux arbrisseaux des régions arctiques : Betula nana, le bouleau nain, et Betula humilis. De nombreuses autres espèces se rencontrent en Asie et en Amérique du Nord.

En climat tempéré, les bouleaux meurent assez rapidement (15-30 ans), mais plus au nord (Suède, Finlande, Sibérie, etc. ) ils peuvent vivre jusqu'à 100 ans et plus.

Cet arbre caduc majestueux de la famille des betulaceæ fleurit d'avril à mai. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle. Cet arbre à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. Sa durée de vie est estimée à 100 ans. Sa sève riche en composés actifs, mais aussi son écorce, recèle de nombreuses propriétés.

Étymologie

Le terme bouleau procède de l'ancien pluriel du diminutif boulel (autrefois un boulel, des bouleaux). L'ancien français boulel est le diminutif de l'ancien français boul (cf. un boulay > une boulaie : bois, forêt où le bouleau domine). Le mot boul vient du latin betula d'origine certainement celtique (gaulois) d'un thème *betuo-, thématisation de *betu-, dont est issu le nom britonnique de l'arbre : breton bezo, gallois bedw. *betu- pourrait être le nom celtique de la poix obtenue en chauffant de jeunes arbres pleins de sève et équivalent du latin bitumen[1].

Espèces de l'Ancien Monde
  • Betula albosinensis Burkill – Centre et ouest de la Chine
  • Betula alnoides Buch. -Ham. ex D. Don – Himalaya
  • Betula apoiensis Nakai – Japon
  • Betula chinensis Maxim. – Chine
  • Betula corylifolia Regel & Maxim. – Japon
  • Betula costata Trautv. – Bouleau de Mandchourie - Nord-est de l'Asie
  • Betula cylindrostachya Lindl. ex Wall. – Asie centrale
  • Betula davurica Pall. – Nord-est de l'Asie et Japon
  • Betula divaricata Ledeb. – Nord de l'Asie
  • Betula ermanii Cham. – Nord-est de l'Asie et Japon
  • Betula forrestii (W. W. Sm. ) Hand. -Mazz. – Asie centrale
  • Betula fruticosa Pall. – Nord de l'Asie
  • Betula globispica Shirai – Japon
  • Betula gmelinii Bunge – Nord de l'Asie
  • Betula grossa Siebold & Zucc. –Japon
  • Betula humilis Schrank – Régions arctiques du nord-est de l'Europe et d'Asie
  • Betula insignis Franch. – Chine
  • Betula kirghisorum Sav. -Rycz. – Caucase
  • Betula lanata (Regel) Vassilcz. – Sibérie
  • Betula litwinowii Doluch. – Caucase et Asie Mineure
  • Betula luminifera H. J. P. Winkl. – Oust de la Chine
  • Betula maximowicziana Regel – Japon
  • Betula medwediewii Regel – Trancaucasie
  • Betula nana L. – Régions arctiques de l'Ancien Monde, jusqu'au nord-ouest du Canada
  • Betula ovalifolia Rupr. – Asie centrale et orientale
  • Betula pendula Roth – Ancien monde
  • Betula platyphylla Sukaczev — lui aussi nommé Bouleau de Mandchourie – Sibérie
  • Betula potaninii Batalin – Chine
  • Betula procurva Litv. – Turkestan
  • Betula pubescens Ehrh. – Nord de l'Ancien Monde, Grœnland, jusqu'au nord-est du continent américain
  • Betula raddeana Trautv. – Daghestan
  • Betula saposhnikovii Sukaczev – Turkestan
  • Betula schmidtii Regel – Mandchourie
  • Betula schugnanica (B. Fedtsch. ) Litv. – Tajikistan
  • Betula tianschanica Rupr. – Asie centrale
  • Betula tristis Wormsk. ex Link – Kamchatka
  • Betula turkestanica Litv. – Turkestan
  • Betula utilis D. Don – Himalaya

Espèces du Nouveau Monde

  • Betula alleghaniensis Britton – Est du Canada et des États-Unis
  • Betula glandulosa Michx. – Amérique du Nord
  • Betula kenaica W. H. Evans – Alaska
  • Betula lenta L. – Est du Canada et des États-Unis
  • Betula michauxii Spach – Amérique du Nord
  • Betula murrayana B. V. Barnes & Dancik – Nord-est des États-Unis
  • Betula neoalaskana Sarg. – Alaska et nord du Canada
  • Betula nigra L. – Est des États-Unis
  • Betula occidentalis Hook. – Ouest du continent américain
  • Betula papyrifera Marshall – Nord du continent américain
  • Betula populifolia Marshall – Nord du continent américain
  • Betula pumila L. – Amérique du Nord
  • Betula uber (Ashe) Fernald – Endémique de Virginie

Les espèces européennes

Betula nana, une espèce caractéristique de la toundra et des montagnes du nord de l'Europe
  • Bouleau verruqueux (Betula pendula Roth., syn. B. verrucosa Ehrh. ) – Presque toute l'Europe, mais rare dans le sud ; arbre à croissance rapide (12 m en 20 ans) pouvant atteindre 25 m de hauteur ; rameaux retombants glabres, pourvus de verrues résinifères ; feuilles triangulaires doublement dentées, glabres. Le bouleau verruqueux a une écorce blanche, lisse et brillante avec quelques taches noires, fréquemment accompagnées de crevasses. Espèce pionnière sur sol riche ou calcaire, quelquefois particulièrement sec (dunes).
    • Var. lapponica Lindq. se rencontre dans les régions arctiques.
  • Bouleau pubescent (Betula pubescens Ehrh., syn. B. alba L. ) – Presque toute l'Europe, mais rare dans la région méditerranéenne et dans le sud-est ; plus hygrophile, il pousse dans les forêts humides et dans les tourbières. C'est un arbre au port élancé à croissance plus lente (10 m en 20 ans). Sa hauteur généralement est de 10 à 15 m, quelquefois 20 m. Rameaux lisses et pubescents ; feuilles en losange, pubescentes à leur face inférieure. Le bouleau pubescent a une écorce d'un blanc plus mat, quelquefois rosée, avec fréquemment des bandes ou des lignes horizontales grisâtres, mais sans taches noires ni crevasses.
    • subsp. pubescens – En particulier en plaine jusqu'à à peu près 70° N. en Finlande et en Russie.
    • subsp. carpatica (Willd. ) Asch. & Græbn. – Europe arctique et montagne d'Europe moyenne, des Pyrénées aux Carpates.
    • subsp. celtiberica (Rothm. & Vasc. ) Rivas Mart. – Sous-espèce endémique des montagnes du nord et du centre de l'Espagne et du nord du Portugal.
    • subsp. tortuosa (Ledeb. ) Nyman – Europe arctique, montagnes de Scandinavie et Islande.
  • Bouleau nain (Betula nana L. ) – Europe arctique jusqu'en Russie centrale, relique glacière en Europe moyenne depuis la France (Margeride et Jura) jusque dans l'est des Carpates. Arbuste nain à port fréquemment prostré, atteignant 50 cm, quelquefois 1 m, à minuscules feuilles rondes et dentées (1 cm), devenant jaune or en automne. Espèce caractéristique de la zone des arbrisseaux des montagnes du nord de l'Europe.
  • Betula humilis L. – Nord de la Russie, relique glacière dans le centre et l'est de l'Europe, du nord de l'Allemagne au nord-est de la Suisse et au centre de la Roumanie[3]. Espèce arbustive de 50 cm à 2 m, à rameaux pubescents glanduleux ; feuilles ovales dentées de 2 à 3 cm.

Hybrides

À l'endroit où plusieurs espèces croissent ensemble, on peut rencontrer les hybrides suivants :

  • Betula ×aurata Borkh. (Syn. Betula ×obscura Kotula), un hybride entre Betula pendula et Betula pubescens
  • Betula humilis × Betula nana
  • Betula nana × Betula pendula
  • Betula nana × Betula pubescens
Troncs de Betula nigra dont l'écorce s'exfolie en lamelles papyracées

Quelques espèces d'autres régions

  • Bouleau jaune (Betula alleghaniensis Britton) – Est de l'Amérique du Nord. Arbre au tronc droit long à couleur de miel ou brun clair, à branches fortes à faible défilement. Ce bouleau à croissance lente (4, 5 m en 20 ans) atteint 19 à 25 m, quelquefois 30 m de hauteur. Les rameaux et l'écorce ont une odeur aromatique. Le bouleau jaune est l'arbre-emblème officiel du Québec (Canada).
  • Bouleau flexible (Betula lenta L. ) – Est de l'Amérique du Nord. Arbre à écorce brun foncé pouvant atteindre 25 m. Comme le précédent, les rameaux et l'écorce ont une odeur aromatique.
  • Bouleau noir (Betula nigra L. ) – Est des États-Unis. Espèce décorative par son écorce brun foncé, rugueuse, qui s'exfolie en lamelles papyracées. Ce bouleau à cime ovoïde fréquemment à plusieurs troncs, peut s'élever jusqu'à 30 m.
  • Bouleau à papier (Betula papyrifera Marshall) – Amérique du Nord. Tronc sinueux ainsi qu'à la cime ovale et étroite. L'écorce blanche fréquemment à plages rosées se détache en larges bandes, d'où son nom. À croissance rapide, ce bouleau peut atteindre 30, ou alors 40 m.
  • Bouleau de l'Himalaya (Betula utilis D. Don), venant de l'Himalaya.
    • Var. jacquemontii (Spach) H. J. P. Winkl.  : plus rustique, fréquemment cultivée pour l'ornement. Cette variété, qui atteint 12 à 15 m, a dès sa jeunesse une écorce particulièrement blanche sans taches noires ni crevasses.

Utilisation

En Europe du Nord (Scandinavie, Pays Baltes, Sibérie), l'écorce de bouleau, tressée en lanières, était utilisée à la campagne pour fabriquer des chaussures nommées lapti (лапти) en Russie. En Russie, elle a aussi servi de support d'écriture [4].

Le bouleau brûle vite sans que sa flamme ne soit trop chaude et laisse particulièrement peu de cendres. Il était apprécié des boulangers. C'était le bois de boulange.

En Europe du sud où leur croissance est rapide, le bois des bouleaux pubescents et verruqueux est reconnu comme de peu de valeur. Dans les pays du nord où il croît plus lentement, on en tire un bois de belle qualité, d'aspect particulièrement blanc, doux et soyeux, qui se travaille et s'imprègne aisément. Ses propriétés mécaniques sont excellentes, son grain est fin et uniforme.

Le bois du bouleau jaune est utilisé en menuiserie sous le nom de merisier, celui du bouleau flexible sous le nom de merisier rouge. [5]

Symbolique

Le bouleau est le premier arbre du calendrier celtique ; il symbolise la sagesse. Le nom local du bouleau est aussi à l'origine du nom du mois de mars dans plusieurs langues slaves, comme en tchèque (březen) et en ukrainien (березень) ; il s'agirait d'une évocation de la sève qui commence à circuler à cette époque. [6]

Les Amérindiens considéraient le bouleau comme un arbre sacré et utilisaient son écorce pour fabriquer des canots et des parchemins.

Enfin, si le frêne (ask) est l'arbre symbolisant les mythologies Scandinaves, le bouleau (bjørk ou bjerk) est un symbole nationaliste Norvégien, utilisé de nombreuses fois par les peintres romantiques. Johan Christian Dahl a pour un de ses plus célèbres tableaux, Bjerk i storm (Bouleau dans la tempête) représentant un bouleau localisé sur une falaise et malmené par le vent.

Vertus médicinales

La sève, les feuilles et l'écorce ont des vertus diurétiques et sont aussi utilisés dans le traitement des affections cutanées.

En herboristerie, le bouleau a de nombreuses vertus. On utilise les bourgeons ou l'écorce sèche en décoction et les feuilles en infusion comme dépuratif. La sève de bouleau nommée eau de bouleau est aussi utilisée dans de nombreux pays.

En phytothérapie on utilise la feuille de bouleau en poudre pour favoriser les fonctions d'élimination rénale et digestive. En gemmothérapie, on utilise les bourgeons, les chatons, l'écorce interne des racines et les radicelles de Betula verrucosa, mais aussi les bourgeons, la semence et la sève de Betula pubescens.

Notes et références

  1. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions errance 1994.
  2. Espèces recensées par la taxonomie GRIN
  3. Cartographie de Betula humilis
  4. (ru) Les tablettes en écorce de bouleau : l'intégralité des tablettes photographiées et transcrites.
  5. [1]
  6. Voir Tableau comparatif des noms de mois slaves

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Alan Mitchell, A Field Guide to the Trees of Britain and Northern Europe, William Collins Sons & Co. Ltd., 1974 – ISBN 0 00 212035 6. Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article
  • Roger Phillips, Trees in Britain, Europe and North America, Pan Books, 1978 – ISBN 0 33 025480 4Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article
  • Jacques Brosse, Larousse des Arbres et des Arbustes, Larousse-Bordas, 2000 – ISBN 2 03 505172 X. Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article
  • Bernard Bertrand, Le Bouleau, l'arbre à la peau d'argent, 01/10/2007, Terran (Editions de ) - ISBN 978-2-913288-71-3

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouleau.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu